Banques françaises : Des colosses aux pieds d’argile

Les fleurons bancaires français seraient sortis de la crise de 2008 sans dommages et seraient en excellente santé, si l’on en croit financiers et politiques. Elles sont pourtant loin d’être aussi solides que ça.

Thierry Brun  • 26 février 2015 abonné·es
Banques françaises : Des colosses aux pieds d’argile
© Photo : AFP PHOTO / ERIC PIERMONT, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer

En Europe, il y a la britannique HSBC, prise la main dans un gigantesque scandale de fraudes fiscales et de blanchiment aggravé. En France, il y a BNP Paribas, le Crédit agricole, la Société générale et le groupe Banque populaire-Caisse d’épargne (BPCE), quatre mastodontes privés français qui seraient «   too big to fail ». Des banques saines « trop grosses pour faire faillite », affirment à l’envi dirigeants financiers et responsables politiques. Ces géants mondiaux auraient notamment mieux résisté à la crise financière de 2008 et à l’attrait de la finance de l’ombre que leurs homologues étrangères. Ainsi, fin 2014, au terme

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Frondeurs : Jusqu'où iront-ils ?
Temps de lecture : 7 minutes