Le grand retour de George W. Bush

D’amalgames en formules à l’emporte-pièce, nous voilà replongés en pleine idéologie néoconservatrice américaine.

C’est le métier de ministre qui veut ça. Il faut souvent justifier l’injustifiable. Contrevenir à la vérité. Et parfois même s’asseoir sur tous les principes qui avaient fondé votre engagement. Notre ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, vient d’en faire la douloureuse expérience ces jours-ci après la vente des avions de combat Rafale à l’Égypte. À un journaliste qui lui demandait si les multiples atteintes aux droits de l’homme par le régime du maréchal Al-Sissi ne le gênaient pas, notre ancien…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents