Pourquoi le congrès du PS va faire « pschitt »

L’aile gauche du PS compte sur les journées de Poitiers, en juin prochain, pour renforcer son poids dans le parti. Mais n’a-t-elle pas perdu d’avance ?

Ce devait être le congrès de tous les dangers. Le round ultime entre sociaux-démocrates et sociaux-libéraux qui mettrait fin par K.-O aux déchirements idéologiques qui minent le Parti socialiste. Las, les motions présentées samedi dernier en conseil national (voir encadré) laissent présager que le congrès de Poitiers ne chamboulera rien, ou si peu, dans un PS davantage préoccupé par sa survie immédiate que par son existence à long terme. « C’est stupéfiant de voir à quel point ce parti se torpille lui-même…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.