Un été en fanfare

Eyo’nlé, un brass band inclassable à découvrir de toute urgence sur les routes (f)estivalières…

Il existe deux sortes de pochettes d’album (CD) : celles que l’on regarde attentivement avant, et encore plus après avoir écouté la musique ; et les autres, qui affichent généralement un sourire béat et ne disent pas grand-chose sinon rien de l’objet sonore. Avec Empreinte du père, la fanfare Eyo’nlé – réjouissez-vous en yoruba – s’inscrit résolument dans la première catégorie. Assis sur un fil orné de fanions multicolores (« l’esprit guinguette »), les huit musiciens sont comme suspendus entre deux mondes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Emparons-nous du local et refondons la démocratie

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents