Vincent Drezet : « Avec le prélèvement à la source, on risque de déstructurer l’impôt »

Serpent de mer du débat fiscal, la retenue à la source devrait être mise en œuvre prochainement. Mais est-ce vraiment un progrès ? Les explications du fiscaliste et syndicaliste Vincent Drezet.

Lauriane Clément  • 8 juillet 2015 abonné·es
Vincent Drezet : « Avec le prélèvement à la source, on risque de déstructurer l’impôt »
© **Vincent Drezet** est secrétaire général du syndicat Solidaires Finances publiques. Dernier ouvrage paru : *Une société sans impôts ?* (Les Liens qui libèrent, 2014). Photo : AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN

Après le gouvernement, François Hollande a confirmé que la retenue à la source de l’impôt sur le revenu serait « engagée dès 2016 pour être pleinement appliquée en 2018 », soit un impôt directement collecté par les employeurs. Ce système est présenté comme simple et efficace, un « choc de simplification à l’épreuve du conservatisme administratif », indique un rapport de la fondation Terra nova. Mais qu’en est-il vraiment ?

Le prélèvement de l’impôt à la source sera-t-il applicable en 2018 ?

Vincent Drezet : On a le sentiment d’une précipitation quand on voit le cadre politique de l’annonce. Le délai de 2018 est très risqué, car ce nouveau système demande un calage au niveau informatique, administratif et fiscal. En tout état de cause,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Économie
Temps de lecture : 4 minutes