Houellebecq et sa cour (« À flux détendu »)

Comme on a pu le vérifier au cours de l’émission « On n’est pas couché », l’écrivain s’est transformé en people.

Christophe Kantcheff  • 2 septembre 2015
Partager :
Houellebecq et sa cour (« À flux détendu »)

Michel Houellebecq a au moins un mérite : il a amené Laurent Ruquier à faire cette confession, samedi, dans son émission de rentrée d’« On n’est pas couché » (ONPC), quand celui-ci a expliqué pourquoi il n’avait pas lu le dernier roman de son hôte, Soumission, à sa sortie : « Il y a de nombreux invités sur ce plateau, il faut lire beaucoup de livres et pas toujours ceux qu’on a envie de lire. » Dommage que l’animateur n’ait pas précisé pourquoi il convie des auteurs dont les livres ne lui disent rien… L’écrivain s’est rendu à ONPC pour dire le mal qu’il pense de la série d’articles que lui a consacrée le Monde, il y a deux semaines, signée par Ariane Chemin. Outre qu’il trouve le travail de la journaliste toujours de piètre qualité – ce qui l’a poussé, a-t-il expliqué, à demander à ses amis (BHL, Onfray, Beigbeder, que des bons…) de ne pas répondre à ses questions –, il s’est plaint de voir divulguée sa correspondance privée. Quelques jours plus tôt, Houellebecq avait fourni à l’AFP une autre raison à sa colère : « La publication de mes habitudes de vie ne facilite pas le travail des policiers chargés de ma protection. » Il n’y a que son obsession contre l’islam, comme on a pu le vérifier au cours de l’émission, qui ne varie pas… Cette polémique est une aubaine pour le Monde, qui peut ainsi faire passer ces articles pour sulfureux. Alors qu’ils lui dressent un laborieux panégyrique et contribuent au spectacle généralisé ayant transformé, avec son consentement, l’écrivain Houellebecq en people. Sans jamais évoquer, bien sûr, cette chose encombrante qu’est la littérature. Venue à la rescousse d’Ariane Chemin, Léa Salamé a témoigné de sa solidarité confraternelle d’une curieuse façon en trouvant le mot de la fin : « En fait, si on dit de vous que vous êtes narcissique et tyrannique, amateur de la presse féminine, que vous avez fréquenté Nabe ou que vous vous mettez des crèmes sur le visage, on s’en fout ! »

Culture
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don