Dossier : Angleterre, Espagne, États-Unis, Grèce : Cette gauche qui se cherche

Grèce : la grande déprime

La crise de Syriza et l’échec de l’Unité populaire entraînent toute la gauche dans un profond doute. Correspondance, Angélique Kourounis.

La gauche grecque est dans les choux. Et quand on parle de la gauche grecque, il ne s’agit pas que de Syriza, dont l’aile gauche a fait sécession pour former le parti de l’Unité populaire (le LAE, en grec). Non, on parle de toute la gauche. De celle qui siège au Parlement et de l’autre, plus virulente, pudiquement appelée la gauche extraparlementaire. Celle qui descend dans les rues, qui en ce moment s’est retirée dans un coin pour lécher ses plaies. L’une de ses composantes les plus importantes, Antarsya,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents