L'Argentine sous la menace des « fonds vautours »

Le premier tour de la présidentielle qui se tient dimanche est un nouvel épisode de l’éternel face-à-face entre péronistes et libéraux. Correspondance de Soizic Bonvarlet.

Que ce soit le péroniste Daniel Scioli ou le très libéral maire de Buenos Aires, Mauricio Macri, tous deux favoris de la présidentielle du 25 octobre, le vainqueur héritera d’un pays en crise. L’Argentine se débat entre inflation chronique et récession, avec 30 % de la population sous le seuil de pauvreté. Et la baisse du prix des matières premières, notamment du soja, base des exportations nationales, annonce un avenir sombre pour le pays. Surtout avec l’épée de Damoclès que représentent les « fonds…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents