Dossier : Angleterre, Espagne, États-Unis, Grèce : Cette gauche qui se cherche

Royaume-Uni : la bataille du Labour Party

Même éclatante, la victoire de Jeremy Corbyn à la tête du parti travailliste ne garantit pas qu’il garde le cap à gauche sans vaciller. Correspondance à Londres, Emmanuel Sanséau.

Du frondeur travailliste réélu sans interruption aux Communes depuis 1983, la plupart des Britanniques n’ont découvert le visage qu’en juin dernier. C’est à la dernière minute, en effet, que Jeremy Corbyn a obtenu les 35 nominations nécessaires pour s’élancer dans la course à la direction du Labour Party. Le sexagénaire londonien présentait sa candidature avant tout pour « élargir le débat », confiait-il modestement. Trois mois plus tard, le voilà propulsé à la tête de l’opposition parlementaire par une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents