Torpiller Pisa

Erwin Wagenhofer dénonce un système éducatif fondé sur la compétition.

Les pédagogues trouveront qu’Erwin Wagenhofer enfonce des portes ouvertes. De même que les agriculteurs bio ne sont pas tombés des nues devant We Feed the World, sur la crise alimentaire, premier volet de sa « trilogie de l’épuisement », le deuxième, Let’s Make Money, portant sur la crise financière. Dans Alphabet, le documentariste dénonce un système éducatif mondial fondé sur la compétition. Tuant dans l’œuf l’imagination, la créativité, le génie que chacun possède en venant au monde. Le propos liminaire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents