« Au-delà des montagnes », de Jia Zhangke : À la recherche des destins perdus

Dans Au-delà des montagnes, le Chinois Jia Zhangke met en scène une femme à trois époques de son existence. Montrant comment les évolutions du monde influent sur l’intime.

Le précédent film de Jia Zhangke, le puissant Touch of Sin (2013), était plein de bruit et de fureur. Pour dire un certain état de la Chine contemporaine, le cinéaste était allé sur un terrain inédit pour lui jusqu’alors : le film noir, où la violence était susceptible de surgir à tout instant. Avec Au-delà des montagnes, Jia Zhangke change à nouveau de registre pour aborder un territoire qu’il n’avait pas encore exploré non plus. Il s’agit d’une veine intimiste, à la tonalité proustienne, sur le temps qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents