Dossier : Sale temps pour la démocratie

Bernard Dréano : « Cette “guerre au terrorisme” est un non-sens »

L’approche belliciste française ne répond pas aux causes profondes des attentats, estime Bernard Dréano. Nous ne ferons pas l’économie d’une analyse mondiale.

Vendredi 13 novembre, Paris. Bamako une semaine plus tard, puis Tunis. Mais aussi Beyrouth le 12 novembre, le rassemblement d’Ankara et l’avion russe en octobre, Boko Haram presque toutes les semaines… La violence terroriste est montée de plusieurs degrés dans le monde. Dans une France abasourdie par l’horreur, l’analyse du phénomène peine à s’élargir au-delà des frontières nationales, avec un gouvernement focalisé sur une réponse policière et militaire qui occulte les causes profondes du jihadisme,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents