« Le Dernier Jour d’Yitzhak Rabin », d'Amos Gitaï : L’homme qui voulait la paix, le tueur et le fossoyeur

Dans le Dernier Jour d’Yitzhak Rabin, Amos Gitaï prend position sur un épisode tragique et déterminant dans l’histoire d’Israël. Sans aller jusqu’au bout.

Amos Gitaï s’attaque à un sujet encore sulfureux en Israël : l’assassinat, en 1995, du Premier ministre de ce pays, qui avait conclu avec Yasser Arafat les accords d’Oslo quelque temps auparavant. Rabin poursuivait ses efforts pour trouver une paix durable quand il a été tué par un extrémiste religieux. Amos Gitaï n’a jamais caché ses positions proches de la gauche israélienne, et son film, le Dernier Jour d’Yitzhak Rabin, a tout l’air d’un geste d’intervention, même s’il traite d’un événement vieux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents