Dossier : Sale temps pour la démocratie

Le sang, c’est de l’argent

François Hollande et le gouvernement promettent de lutter contre le financement du terrorisme. Mais s’en donnent-il les moyens ?

«L’argent est partout et tout le temps le nerf de la guerre : les terroristes ont, pour continuer à agir, besoin des financements indispensables à l’achat d’armes, de véhicules, de caches », a lancé avec détermination le ministre des Finances, Michel Sapin, lors d’une conférence de presse consacrée à la lutte contre le financement du terrorisme. Le 23 novembre, dix jours après les attentats, Bercy a montré ses muscles en présentant un arsenal de mesures : plus d’agents, plus d’échanges entre les services…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents