RESF : un tissu très résistant

Entrelacement de luttes locales et d’engagements citoyens, sans hiérarchie, le mouvement lutte depuis près de douze ans contre les expulsions de jeunes et de familles sans papiers. Un objet militant étrange mais efficace.

Ce 26 juin 2004, ils sont une centaine à s’être rassemblés à la Bourse du travail de Paris. Des enseignants, des parents d’élèves, des représentants d’organisations syndicales, d’associations ou de collectifs venant de toute la France. Tous partagent la même indignation face à une chasse aux sans-papiers qui se déroule jusque dans les salles de classe. Ils affirment qu’il est du devoir de la communauté scolaire de résister à cet arrachement de ses membres, dont la seule faute est de ne pas être « en règle…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.