Jacques Rivette, chercheur d’inconnu

Le réalisateur de La Belle Noiseuse et de Jeanne la Pucelle est mort à 87 ans. Il laisse une œuvre essentielle, qui a bousculé les normes du cinéma, et où les comédiennes occupent une place de choix.

À Serge Daney, dans le documentaire que Claire Denis a consacré à Jacques Rivette [^1], l’auteur de La Belle Noiseuse (1991) raconte qu’aux temps où il était critique aux Cahiers du cinéma, dans les années 1950 et 1960, sa plume acérée lui valait le surnom de Saint-Just. Le petit homme qui parle ainsi avec un large sourire, attablé dans un café, a été en effet, avec quelques autres – Truffaut (« notre Robespierre», dit Rivette), Godard ou Chabrol –, l’un des « jeunes turcs » des Cahiers qui ont bouleversé…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents