« Pursuit of Loneliness » : Partir seule

Laurence Thrush reconstitue la vie d’une femme morte à l’hôpital.

Le décès a été constaté. Autour, la vie continue. C’est peut-être ça le plus vertigineux : il y a les morts – en l’occurrence la morte –, les vivants et ceux qui ne sont pas loin de basculer. Rarement la frontière a été rendue si palpable, et donc si banalement violente. En un instant, on peut passer de l’autre côté. Ceux qui restent respirent, s’accrochent à leurs activités, comme si c’étaient d’abord leurs gestes qui leur prêtaient vie. On dirait du documentaire mais c’est de la fiction, inspirée de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents