États des lieux, Calais

« L'évolution entre février et mars montre le résultat d'une politique destructrice, violente et aveugle »

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Christine Seghezzi est cinéaste et photographe. Elle a effectué deux séjours à Calais, l’un en février avec l’Appel de Calais, l’autre en mars avec le Perou (Pôle d’exploration des ressources urbaines), qui expose ses travaux depuis le 12 avril à la Cité de l’architecture, à Paris. « L'évolution entre février et mars montre le résultat d'une politique destructrice, violente et aveugle », dit Christine Seghezzi. Ses photographies en témoignent.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents