Dossier : Réinventer la démocratie

« Le peuple prend la parole »

Christophe Aguiton situe Nuit debout dans la lignée des mobilisations sociales et souligne sa ressemblance avec le mouvement altermondialiste. Verbatim.

« L’émergence de Nuit debout a été une surprise. Personne ne pensait que cela s’exprimerait maintenant. Le contexte et les racines profondes du mouvement partent du projet de loi travail, mais la mobilisation s’est généralisée car le gouvernement a opéré des ruptures très profondes avec la culture de gauche sur des questions sociales, morales (la déchéance de nationalité, les déclarations de Manuel Valls critiquant Angela Merkel sur l’accueil des réfugiés…) et environnementales (Notre-Dame-des-Landes, le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.