Dossier : Réinventer la démocratie

Réinventer la démocratie

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un printemps citoyen ? Trois semaines après la première Nuit debout à Paris, le mouvement a fait des petits. Toulouse, Rennes, Marseille… mais aussi Berlin, Bruxelles, Madrid et même Montréal. Une effervescence à ciel ouvert, désordonnée et passionnée, comme si, après la stupeur de 2015, année d’attentats et d’état d’urgence, la rue devait se réveiller, et les citoyens avec elle.

Car, si la mobilisation contre la réforme du code du travail se poursuit le jour (prochaine manifestation le 28 avril), le mouvement nocturne a depuis belle lurette élargi ses revendications. « Le problème de la loi El Khomri, c’est le système qu’elle incarne », martèle-t-on place de la République.

Capitalisme financier, élites politiques claquemurées, démocratie enrayée : c’est du pouvoir que l’on fait le procès.

À la lumière des réverbères, les « nuit-deboutistes » imaginent de nouvelles formes politiques, s’engueulent sur la forme, se réconcilient sur le fond et pensent pérennisation.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents