Dossier : Perturbateurs endocriniens : Une bombe sanitaire

Perturbateurs endocriniens : Ce qu’il faut jeter, ce qu’on peut garder

Pour réduire son exposition aux perturbateurs endocriniens, il faut viser une alimentation bio et avoir recours aux produits naturels.

Les perturbateurs endocriniens polluent largement l’eau, la terre et l’air, et sont présents dans de nombreux objets du quotidien. Les pesticides sont la principale source répertoriée : surveiller ses aliments est donc une priorité. Privilégiez le bio et lavez légumes et fruits avant de les consommer. S’ils sont issus de filières conventionnelles, épluchez-les systématiquement. Aubergine, carotte, laitue, chou, concombre, épinard, tomate, pomme, fraise, chou-fleur, pêche, petits pois, pomme de terre,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents