Union européenne : Fini le dogme de l’austérité

Changement de doctrine à la Commission européenne.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


C’est par une formule toute technocratique que la Commission européenne a ouvert, la semaine dernière, une nouvelle page de sa doctrine économique : les États doivent désormais privilégier « une orientation budgétaire expansionniste ». En clair, fini l’austérité. Il faut relancer les dépenses publiques (de 0,5 % du PIB) pour accompagner le redémarrage de l’économie. Bruxelles rejoint donc sur cette question la Banque centrale européenne, le FMI ou encore Barack Obama. La Commission renonce aussi à sanctionner les mauvais élèves (Espagne, Portugal et Italie) après en avoir agité la menace depuis l’été. Mais l’austérité reste malgré tout d’actualité. Car ­l’Allemagne refuse toujours de jouer son rôle de moteur économique de ­l’Europe. Une autre voix continue également de prêcher la rigueur : François Fillon.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.