Avi Mograbi : Passeurs de frontières

Avi Mograbi a suivi la méthode du théâtre de l’opprimé avec des migrants. Un film fort et fécond.

Être ému devant le terrible récit du périple d’un réfugié ayant fui la guerre et les exactions est malheureusement trop fréquent. Mais qu’une émotion soudaine résulte de la beauté d’un chant hébraïque interprété par deux Érythréens est beaucoup plus étonnant. C’est un des moments intenses et vibrants du nouveau film d’Avi Mograbi, Entre les frontières, l’un des plus libres que le cinéaste israélien ait jamais réalisés. Lieu principal : un réfectoire militaire désaffecté situé tout près du camp de Holot, où…

Il reste 79% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents