Dossier : Pourquoi le FN n'est pas républicain

FN : Paroles de « repentis »

En deux ans, ils sont presque 400 sur 1 500 élus à avoir pris leurs distances avec le camp de Marine Le Pen. Les raisons qui poussent ces hommes et ces femmes à partir révèlent la nature profonde du FN. Témoignages.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est un constat que le FN se serait bien gardé de révéler. Début janvier, l’AFP a publié une enquête sur les défections d’élus frontistes. En seulement deux ans, ils sont presque 400 sur 1 500 élus à avoir pris leurs distances avec le camp de Marine Le Pen.

Après des résultats tonitruants aux élections municipales, départementales, européennes et régionales, cette fuite contrevient à la volonté du parti de prouver sa légitimité dans les différentes strates du pouvoir.

« Ce sont des querelles classiques de personnes, avec des problèmes de déception et de frustration liés à des investitures », tente de justifier Jean-Lin Lacapelle, secrétaire national aux fédérations et à l’implantation. Certes, cette désaffection touche aussi les partis traditionnels, toutes proportions gardées, mais les raisons qui poussent ces hommes et ces femmes à partir ne sont pas toujours si « classiques ». Elles révèlent aussi la nature profonde du FN : xénophobie, racisme, homophobie, pouvoir vertical et autoritaire. Quatre repentis livrent leur témoignage.

Guillaume Laroze

Barman, ancien militant au Collectif Marianne

« J’ai voté François Hollande en 2012 et j’ai vécu la grande déception du quinquennat. C’est mon entourage d’amis, des jeunes comme moi, qui m’ont fait rencontrer Florian Philippot. Son idée du souverainisme m’a vraiment intéressé. Très vite, ils t’entourent, tu penses FN, tu respires FN. Tu t’éloignes de ton entourage et eux t’accueillent un peu comme une famille, en te disant aussi que les médias mentent. En plus, le parti offre rapidement la possibilité de devenir assistant parlementaire et d’être parachuté en tant que candidat aux législatives sur des circonscriptions gagnables. Moi, je me suis vu proposer un poste au sein du Collectif Marianne.

Je devais chercher des représentants dans les universités et préparer la convention sur ­l’Éducation nationale et l’enseignement ­supérieur. Je leur ai fait une série de propositions autour des thématiques imposées, principalement sur la laïcité. J’ai évoqué l’ensemble des signes religieux mais, quand j’ai abordé la question des aumôniers catholiques, ils m’ont dit : « Non, on centre sur la question du voile, c’est plus fédérateur. »

Au quotidien, j’ai pris conscience de ce qu’est la base du FN. En tant qu’homosexuel, j’ai été la victime systématique d’insultes sur les réseaux sociaux ou dans les couloirs du parti : « intrus LGBT », « sale pédé ».

J’ai eu un déclic avec l’affaire des affiches anti-VIH. Moi, je les trouvais géniales. Mais les réactions publiques de Nicolas Bay et de Louis Aliot ainsi que le silence de Florian Philippot m’ont décidé à faire un statut Facebook pour annoncer mon départ. Philippot a tenté de me convaincre de rester en me disant : « Je me prends la même chose et je résiste », ou encore : « Il faut supporter ça pour la France. » Sur le plan politique, ils maintiennent une sorte d’illusion de nouveauté alors que l’idéologie est la même qu’il y a trente ans, en plus diluée. C’est de l’escroquerie. Le jour où ce parti arrive au pouvoir, je quitte la France !

Témoin anonyme

La personne concernée, qui a souffert personnellement et professionnellement de son passage au FN, préfère que son nom ne soit pas mentionné.

« Je suis allé vers le FN car je suis souverainiste et parce que je partageais la ligne de Florian Philippot. Je savais que cette ligne n’était pas prépondérante au sein du parti, mais je pensais que le ménage avait été fait. Je me suis aperçu que ça n’était pas le cas. J’entendais des propos racistes, antisémites et homophobes venant des militants. Lorsque je signalais ces propos nauséabonds, on m’ordonnait de les passer sous silence. J’ai reçu des messages de certains responsables locaux qui me disaient : « Si tu fais ça, ta carrière sera finie. » On accepte des casseroles qui sont inacceptables.

Aujourd’hui, je ne suis pas convaincu par ce qu’on appelle la dédiabolisation. Je pense qu’elle n’a pas été opérée. Pour moi, c’est une grande théorie qui n’a eu aucune application. Il y a des petits pas vers la gauche pour faire plaisir aux médias et des grands pas vers l’extrême droite par stratégie électorale.

Patrice Hainy

Cuisinier, ancien adjoint au sport de la ville d’Hayange

« J’ai été attiré par le FN après la fermeture de l’usine de Florange. J’avais voté Hollande dans l’espoir qu’elle ne ferme pas. Il l’avait promis mais il nous a trahis. Ici, on le vit très mal. Un jour, j’ai reçu un questionnaire du FN où l’on me posait des questions sur le social et l’emploi. J’ai eu l’impression qu’on s’intéressait à notre vie quotidienne. J’ai répondu et, 48 heures après, Fabien Engelmann m’a appelé et m’a proposé de rejoindre le parti.

Après m’avoir fait tracter et participer à des réunions, il m’a demandé de figurer sur la liste municipale. Contrairement à ce qu’on nous disait, le programme était décidé d’avance. Il nous a fait rencontrer l’équipe de Riposte laïque sans nous dire qui ils étaient. Un livre islamophobe est sorti en partenariat avec eux, dans lequel je suis cité sans mon accord.

À la suite de notre victoire aux élections, Engelmann m’a nommé adjoint au sport : je suis un enfant d’Hayange, je connais bien les clubs, les gens, etc. Un jour, une jeune femme d’origine polonaise a proposé de monter un cours de danse orientale. C’est une activité qui n’existait pas ici, et elle pouvait participer à l’encadrement des nouvelles activités périscolaires. Je l’ai aidée à monter son projet pour ensuite le présenter en réunion des adjoints. Le couperet est tombé très vite. « Si les femmes françaises commencent à faire de la danse orientale, on va finir par prier avec eux », m’a dit un adjoint. « La danse orientale n’est pas compatible avec le FN », a insisté Fabien Engelmann. On m’a demandé de dire à cette femme qu’on n’avait pas de place dans nos salles, mais je n’ai pas pu lui mentir.

Puis il y a eu les affaires d’argent, les pressions sur les commerçants maghrébins. Je pensais que le FN avait changé, mais en fait, non. Au fur et à mesure de mon opposition, et de celle de deux autres adjoints, ils ont fini par faire voter notre départ. D’après le maire, je ne travaillais pas dans la logique du FN.

Je suis un homme de gauche mais, aujourd’hui, les partis de gauche ont du mal à réaccueillir les repentis. Pourtant, je pense qu’on peut être utiles : la moitié du vote FN est le résultat de la connerie de la gauche.

Arnaud Cléré

Ancienne tête de liste Souveraineté, identité et libertés (Siel) aux dernières municipales de Gamaches

« En 2012, j’ai voulu conduire une liste divers droite pour les élections municipales à Gamaches, dans la Somme, dans laquelle figuraient quatre militants du FN. À cause de ce rapprochement, j’ai été radié de l’UMP. J’ai intégré ensuite le Siel, qui appartient au Rassemblement Bleu Marine. Il m’aura fallu seulement 42 jours pour découvrir l’arrière-boutique du FN.

En octobre 2012, à une réunion publique des têtes de liste à Hénin-Beaumont, j’ai vu deux militants avec des croix gammées tatouées sur le bras ! J’ai été saisi d’effroi. J’étais peut-être un peu naïf, mais je pensais que la page était tournée. Au cours de la réunion, des propos racistes et homophobes ont été tenus sans que personne ne réagisse. Beaucoup de gens rejoignent le FN sur la ligne de Florian Philippot, qui souhaite adoucir l’image du parti. Mais sa voix est fréquemment attaquée en interne. Pour moi, le FN n’a pas d’idées, il trompe les gens. D’ailleurs, je pense que le « clash » entre Jean-Marie Le Pen et sa fille est une pure dramaturgie.

Après cet événement, j’ai quitté le Siel. J’ai reçu de nombreuses pressions, notamment de la part du secrétaire départemental, qui est venu un soir chez moi vers 22 heures. Il voulait me faire signer un papier indiquant que je me trompais, et m’a dit que, si je ne signais pas, le FN me poursuivrait en diffamation ! Il a ajouté qu’ils pouvaient me faire vendre ma maison. J’ai aussi reçu une trentaine de messages d’insultes sur Facebook et par téléphone, qui m’ont plongé dans une dépression sévère. Je ne crois pas que l’on puisse imaginer ce que l’on subit lorsque l’on tient tête au FN.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.