Témoignages : Esclaves du salariat

Sous le hashtag « On vaut mieux que ça », des centaines de témoignages ont afflué. Sélection.

Erwan Manac'h  • 22 février 2017 abonné·es
Témoignages : Esclaves du salariat
© Aurel
« J’ai été insultée et frappée »

Quelques jours avant mes 18 ans, j’ai décroché un job dans une chaîne de restauration rapide. En arrivant, j’avais du mal à tenir le rythme. Je passais pour fainéante, incapable et stupide, donc je me suis retrouvée avec une manager sur le dos en permanence, qui me hurlait : « plus vite, plus vite ».

L’autre tourment, c’était l’eau. Deux fois par jour, on nous servait un grand gobelet d’eau, mais le mien soit tombait par terre, soit était oublié. Je devais boire en cachette l’eau chaude et « non potable » du robinet des toilettes. J’ai aussi été énormément insultée. On lançait des rumeurs sur moi et on sabotait mon travail. J’ai aussi été frappée par une collègue (coups de pied dans le bas du dos) et menacée de mort par une autre. J’ai finalement été virée sans

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Faut-il enterrer le salariat ?
Temps de lecture : 9 minutes