Charlotte Marchandise, porte-voix des citoyens

La candidate de Laprimaire.org s’est lancée dans une campagne à taille humaine pour porter les idées de la société civile et donner une autre image de la politique.

Vanina Delmas  • 8 mars 2017 abonné·es
Charlotte Marchandise, porte-voix des citoyens
© Photo : Samia Benguetaïd

C’est dans le train de 8 h 07 en direction de Montpellier que Charlotte Marchandise-Franquet commence sa semaine marathon. Devant elle, le dernier numéro d’Usbek & Rica, « le média qui explore le futur », consacré à la crise migratoire. « Je vous conseille l’édito », glisse-t-elle en le feuilletant. Le titre : « La gauche ? LOL ». Une gauche qu’elle ne prend plus au sérieux et qui pourrait être grignotée par des figures de la société civile, comme elle. « Globalement, je me retrouve dans les idées de Benoît Hamon et de Yannick Jadot, mais c’est la méthode qui bloque, s’agace-t-elle. Le rejet des politiques par les citoyens est énorme. Et quand on voit, par exemple, que Jadot annonce son ralliement à Hamon avant la consultation des adhérents EELV, je les comprends ! »

Il y a un an, Charlotte Marchandise n’aurait jamais imaginé se lancer dans cette course effrénée. Mais, un jour, elle rencontre les créateurs de Laprimaire.org lors de leur escale à Rennes, où elle vit. David Guez et Thibauld Favre ont lancé cette plateforme pour faire émerger un candidat citoyen en 2017. « Quand j’ai vu qu’il y avait 200 hommes et seulement 8 femmes en lice, j’ai décidé de me lancer », précise-t-elle, assumant parfaitement son engagement féministe. Militante associative depuis vingt ans, notamment dans le domaine de la santé, elle dispose d’un réseau qui lui permet de récolter facilement les 500

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian