Gestion de l’eau : Le scandale des coupures illégales

Au mépris de la loi, des multinationales continuent de priver des foyers d’eau en raison de factures impayées. Veolia attaque désormais les associations qui l’ont fait condamner.

Erwan Manac'h  • 15 mars 2017 abonné·es
Gestion de l’eau : Le scandale des coupures illégales
© photo : Jacques Loic/Photononstop/AFP

Veolia a une étrange façon de jouer avec les lois de la République. Depuis une réforme d’avril 2013, votée presque par erreur, les distributeurs d’eau n’ont plus le droit d’interrompre le service en cas d’impayés. Mais les multinationales du secteur, Veolia, Suez et la Saur, ont refusé de s’y soumettre, malgré une pluie de condamnations et une confirmation du Conseil constitutionnel en mai 2015.

Ainsi, la société Veolia a encore été condamnée, le 22 décembre, à Puteaux, à verser 8 347

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Public-privé : La guerre de l’eau
Temps de lecture : 5 minutes