Les mots inouïs de Christine Angot

Angot versus Fillon, dans « L’Émission politique » du 23 mars, un moment de télévision qui est allé au-delà du buzz recherché par France 2.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Angot versus Fillon. Depuis « L’Émission politique » du 23 mars, les commentateurs se divisent, les uns encensent la romancière, les autres la condamnent. Sans doute, Christine Angot ne fait jamais dans la demi-mesure. Sa personne, comme son œuvre (ou la réputation de celle-ci), polarise un vif rejet, voire une détestation. À l’inverse, elle compte des cohortes d’admirateurs. Certes, ses interventions sur le terrain politique ne sont pas toujours sûres, parfois même relèvent-elles d’un affligeant conformisme. Et son manque de sens de la repartie, l’autre soir, a laissé la part belle au candidat LR, qui a renversé la situation à son profit. Il n’empêche. Ce moment de télévision est allé au-delà du buzz recherché par France 2.

On a pu être gêné par ce à quoi on assistait – sur le moment, je l’ai moi-même été. Pour une simple raison : des conventions étaient transgressées. Lisant d’abord son texte sur un ton juste, bien que non dénué de stress, Christine Angot a eu des mots inouïs, jamais encore entendus dans une telle émission, face au candidat à la présidence de la République qui, ne s’étant pas retiré après sa mise en examen, s’est déjugé (étymologiquement : « s’est condamné »). Qu’a-t-elle dit ? « Ce qui choque, c’est que vous vous soyez mis dans la situation, pour des costumes ou autre chose, d’avoir des services à rendre. » « Pourquoi les gens ont un sentiment d’injustice, alors ? Peut-être parce que ce n’est pas une question de légalité, mais une question de décence. » Réagissant à l’allusion à Pierre Bérégovoy, elle ose formuler ce que ce nom a d’implicite : « Est-ce que vous nous faites un chantage au suicide ? »

Durant ce moment de dérèglement du show télévisuel, deux paroles se sont opposées. L’une rouée, « malhonnête », ne serait-ce qu’intellectuellement : le coup du « moi, j’ai rendu les costumes » ! L’autre s’arrachant aux carcans de la communication et de la bienséance. Certainement pas naïve – l’auteure de L’Inceste est consciente de s’exprimer à partir de son statut d’écrivain-vedette. Mais dotée d’une force d’authenticité et de vérité qu’elle puise dans son rapport à la littérature. « Ce que je viens de vous dire, eux [les journalistes, NDLR] ne peuvent pas vous le dire », a-t‑elle conclu. Irréfutable.


Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents