Emmanuel Macron, un garçon en or

Derrière l’apparence du renouveau, le candidat d’En Marche ! est le produit d’une longue tradition technocratique française. Et son succès précoce révèle une profonde crise de régime.

Emmanuel est philosophe et mélomane, « il joue très bien au football », « aime les gens » et doit tout à sa grand-mère maternelle, enseignante dans les Pyrénées. Voilà le portrait parfaitement maîtrisé qui a accompagné l’éclosion du « phénomène Macron ». Mais, derrière ce mythe, se cache un pur produit de la technocratie française, au cœur des plus hautes fonctions de l’État depuis dix ans. Fils d’un neurologue et d’une médecin-conseil de la Sécurité sociale, élevé à Amiens chez les jésuites – au lycée de la Providence –, Emmanuel Macron rejoint Paris pour passer son bac au lycée Henri-IV et entre à l’ENA après un DEA de philo et un diplôme de Science Po. Charmeur, « brillant », insomniaque et opportuniste, il sort 5e de la prestigieuse école et choisit d’être affecté à l’inspection des finances pour « être en prise avec les décisions politico-administratives », expliquait-il en 2010 dans la Revue de Sciences Po. L’inspection générale des finances est un corps à part, composé d’une petite élite d’énarques. Elle constitue la filière royale vers la politique, comme l’ont montré Alain Juppé, Valéry Giscard d’Estaing, Michel Rocard ou encore François Asselineau. Cette caste chargée de surveiller les finances et de conseiller les décideurs, y compris à l’étranger, jouit d’une grande autonomie et d’un accès aux informations fiscales des entreprises. « Cela fait d’eux des gens puissants, bien entourés et très informés », résume Nicolas Framont, sociologue des élites [1].

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents