« Il faut faire le récit de la honte »

Dans Retour à Forbach, Régis Sauder revient sur les lieux de son enfance. Il évoque ici l’importance de la transmission.

Régis Sauder s’impose de film en film comme un documentariste essentiel. Après Nous, princesses de Clèves (2011) et Être là (2012), le voici avec une œuvre qui mêle l’autobiographique, l’intime et le politique.

Il reste 98% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents