Des organisations propalestiniennes appellent à boycotter Pizza Hut

Une publicité de la branche israélienne du géant de la pizza sur le leader du Fatah Marwan Barghouti, incarcéré dans l'État hébreu et en grève de la faim, a suscité la colère des associations.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un appel au boycott de la firme transnationale Pizza Hut est largement relayé sur les réseaux sociaux. Il fait suite à la diffusion par la branche israélienne d’une image aux allures de publicité se moquant des prisonniers palestiniens, toujours en grève de la faim.

Tout commence lorsque les autorités pénitentiaires israéliennes décident de diffuser des vidéos de Marwan Barghouti, leader de la grève de la faim, dans sa cellule, recroquevillé, suggérant qu’il est en train de manger. Ces mêmes autorités avaient déclaré que le chef de la deuxième Intifada avait déjà rompu sa grève de la faim en mangeant des « cookies et des sucreries ». Accusations qui, à ce jour, n’ont toujours pas été validées. Le but de cette manœuvre? Discréditer Marwan Barghouti, ainsi que la lutte de ses compagnons.

La branche israélienne de Pizza Hut s’empare alors de ces vidéos et les « photoshope » : une boîte de pizza avec le logo de la marque est ajoutée près du lit du prisonnier. Le slogan non moins humiliant titre : « Barghouti, si tu romps la grève de la faim, ne serait-ce pas mieux avec une pizza ? »

La twittosphère s'insurge

Twitter s’empare en quelques instants de cette pub de très mauvais goût et s’insurge contre la firme transnationale. Un appel au boycott international est alors lancé par plusieurs organisations.

BDS France (Boycott Désinvestissement Sanctions) y participe : « Nous avons pris acte de la légitimité de cet appel au boycott : c’est la dignité des prisonniers palestiniens qui est en jeu », déclare Imen Habib, l’une des animatrices de la campagne en France. « Cette action rentre dans une politique plus générale d’humiliation de ces hommes. Il faut que ça cesse. », ajoute-t-elle.

Après le tollé provoqué, Pizza Hut International s’est excusé sur Facebook : « C’était totalement inapproprié et ne reflète pas les valeurs de notre marque. La branche locale a retiré immédiatement la publicité. » « Cela démontre que les entreprises directement ou indirectement complices du régime israélien ne peuvent plus agir sans conséquences.» souligne BDS France. Cette publicité malheureuse a eu pour effet paradoxal de médiatiser un peu la lutte des Palestiniens dans ces prisons.

Voilà une vingtaine de jours que plus de 1 600 prisonniers palestiniens font la grève de la faim dans une grande indifférence médiatique. Mené par Marwan Barghouti, ils contestent le manque d’humanité dans les pratiques de leur geôliers : refus injustifiés de visites familiales ou médicales, des conditions de détentions déplorables et l’absence totale de procès équitable.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents