Raed Andoni : « Ces hommes sont des survivants »

Ghost Hunting, de Raed Andoni, met en scène d’anciens prisonniers palestiniens. Une douleur toujours actuelle.

Présenté en ouverture du festival Ciné-Palestine [1], Ghost Hunting est une expérience cinématographique de thérapie collective. Vingt anciens détenus palestiniens reconstruisent la prison de Moskobiya, à Jérusalem, pour y rejouer les scènes de torture qu’ils y ont subies. Rencontre avec son réalisateur, Raed Andoni. Dans Ghost Hunting, on a parfois l’impression que les protagonistes perdent le contrôle de leur jeu, comme dans cette scène où un ex-prisonnier, qui joue un interrogateur, se laisse déborder…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents