La fuite, motif héroïque

Aventuriers ou cow-boys chancelants, le thème de l’errance pédestre traverse tout le cinéma et la littérature.

Ingrid Merckx  • 26 juillet 2017 abonné·es
La fuite, motif héroïque
photo : « La Route », réalisé par John Hillcoat et sorti en 2009, adapté du roman de Cormac McCarthy.
© Archives du 7eme Art/Photo12/AFP

L’homme avance péniblement. Ses bottes frappent le sable. L’arrachent, même. Le soleil cuit. Des virevoltants (tumbleweed, « herbe qui tourne ») passent devant une caméra à hauteur du sol, à hauteur des pieds. Il pose un genou. Une main. Soif. Douleur. Fatigue. Puis il repousse la terre. Remonte. Rester debout pour ne pas tomber. Rester debout pour continuer à avancer. Se déplacer pour ne pas mourir, loin de tout et de tous, dévoré par les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 4 minutes