Alain Buffard : Empreinte sensible

Plusieurs hommages sont rendus cet automne au chorégraphe et danseur Alain Buffard, figure de la danse contemporaine mort en 2013.

Mort le 21 décembre 2013, à l’âge de 53 ans, Alain Buffard a laissé une empreinte profonde dans le champ chorégraphique français. Ayant d’abord été interprète pour des chorégraphes tels que Régine Chopinot et Daniel Larrieu dans les années 1980, il a conçu ses propres pièces à partir de la fin de la décennie suivante – du solo/autoportrait Good Boy (1998) à la très bigarrée pièce de groupe Baron samedi (2012). Mû par un désir d’expérimentation non conformiste, il a apporté une contribution essentielle au mouvement de renouvellement de la danse contemporaine. En 2014, ses archives personnelles et celles de l’association PI :ES, qu’il avait fondée en 1998 pour développer ses projets, ont été déposées au Centre national de la danse (CND).

Il reste 68% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents