« Enseignez à vivre ! », d'Abraham Ségal

Le réalisateur Abraham Ségal confronte les pensées d'Edgar Morin et des pratiques d’éducation innovantes.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ça doit faire drôle de se rendre dans un établissement qui porte son nom et de s’asseoir dans une classe pour mesurer la mise en application de ses pensées sur l’éducation. Mais Edgar Morin, chemise à carreaux et cardigan en laine, a l’air parfaitement à l’aise au lycée Edgar-Morin de Douai. Un « pôle innovant lycéen », pour les « élèves décrocheurs » qui « essaient de raccrocher », lui explique un lycéen. Pendant un an, des jeunes déscolarisés travaillent sur un projet personnel. Ils viennent de leur propre chef et font preuve d’une grande implication. Ils apprennent des savoirs avec une application concrète qui leur ouvre des perspectives. Confronter les pensées du philosophe et des pratiques d’éducation innovantes dans cinq établissements publics, dont Decroly, situé en bordure du bois de Vincennes, était l’objectif du réalisateur Abraham Ségal. Et, finalement, c’est plutôt le « sage » qui se positionne en « apprenant » dans ce film qui fait rêver d’une école aussi bienveillante et « performante », partout.

Enseignez à vivre !, Abraham Ségal, 1 h 30.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents