« Une saison en France », de Mahamat-Saleh Haroun : Délit d’existence

Dans Une saison en France, Mahamat-Saleh Haroun raconte le sort d’un demandeur d’asile en quête d’une nouvelle vie.

Christophe Kantcheff  • 31 janvier 2018 abonné·es
« Une saison en France », de Mahamat-Saleh Haroun : Délit d’existence
© photo : Franck Verdier/Pili Films

Bien que vivant en France depuis plus de 35 ans, Mahamat-Saleh Haroun, cinéaste tchadien, n’avait jusqu’ici tourné qu’en Afrique, dont le remarquable Grisgris (2006). Une saison en France est son premier film de l’exil. Et c’est logiquement le sort d’un demandeur d’asile qu’il raconte. Abbas (Eriq Ebouaney) a quitté la Centrafrique en guerre, où il était professeur de français, avec ses deux enfants, Yacine (Ibrahim Burama Darboe) et la petite Asma (Aalayna Lys). Sa femme les accompagnait mais a péri pendant le voyage.

Hanté par ce passé, Abbas essaie de construire une autre

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 2 minutes