« Une saison en France », de Mahamat-Saleh Haroun : Délit d’existence

Dans Une saison en France, Mahamat-Saleh Haroun raconte le sort d’un demandeur d’asile en quête d’une nouvelle vie.

Bien que vivant en France depuis plus de 35 ans, Mahamat-Saleh Haroun, cinéaste tchadien, n’avait jusqu’ici tourné qu’en Afrique, dont le remarquable Grisgris (2006). Une saison en France est son premier film de l’exil. Et c’est logiquement le sort d’un demandeur d’asile qu’il raconte. Abbas (Eriq Ebouaney) a quitté la Centrafrique en guerre, où il était professeur de français, avec ses deux enfants, Yacine (Ibrahim Burama Darboe) et la petite Asma (Aalayna Lys). Sa femme les accompagnait mais a péri…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents