Bilal : « Chanteur de jazz »

Artiste au parcours atypique, Bilal est à Paris, au Duc des Lombards, pour six représentations.

Nous sommes dans le Val-d’Oise, à Sannois, le 18 mai 2008. Ce soir, l’Espace Michel-Berger (EMB) accueille Bilal, un chanteur catalogué « neo soul », le benjamin de la génération des Erykah Badu, D’Angelo ou autres Jill Scott. La salle est confidentielle, quelques centaines de personnes tout au plus. Bien loin de l’Élysée Montmartre, qui, quelques années plus tôt, en 2002, affichait complet lorsque Bilal s’y produisait. À l’EMB, ce soir-là, il présente son deuxième album, l’album maudit, Love for Sale, celui qui après des années de peaufinage a fuité sur Internet et dont la sortie, en 2006, avait finalement été abandonnée. Le chanteur est impressionnant. Il bouffe la scène comme s’il se produisait dans le plus grand des stades. Il y a cette voix, qui maîtrise des registres éloignés, capable des improvisations les plus folles, livre des interprétations troublantes à coups de vibrato haut perché, servie par un accompagnement impeccable. Aux claviers, Robert Glasper ancre les allées et venues du chanteur entre soul, hip-hop et jazz. À la batterie, Chris Dave plaque son groove efficace et ludique.

Chanteur de jazz, c’est comme ça que Bilal se définit. Et si son premier album, l’excellent 1st Born Second, incluait des productions de J Dilla ou Dr. Dre, c’est rapidement que le chanteur fuit les projecteurs pour privilégier le travail collaboratif avec des musiciens de son proche entourage. Dès la première tournée aux États-Unis, Bilal boude les grandes salles pour des petits clubs et bientôt propose des résidences à l’intime Jazz Gallery de New York, là où il travaille ses compositions et joue des standards. Bilal est originaire de Philadelphie, une ville à part dans l’histoire des musiques afro-américaines, et pas seulement parce qu’elle serait l’antichambre du mastodonte new-yorkais. Enfant, il va à l’église avec sa mère, où il apprend à chanter, et fréquente les clubs de jazz avec son père. Philadelphie : la ville de cœur de Lee Morgan, McCoy Tyner, Archie Shepp, John Coltrane… ville natale de The Roots, fer de lance du hip-hop, dans sa mouture instrumentale et là encore jazzy.

Il reste 34% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La bataille de l’information

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents