Arat Kilo : L’union sacrée des styles

Quand l’éthiojazz d’Arat Kilo se mêle aux chants insoumis du Mali et du hip-hop bostonien…

Bientôt dix ans qu’Arat Kilo sillonne en musique les territoires brûlants du Swingin’ Addis du début des années 1970 – cette parenthèse bouillonnante qui vit l’invention d’un jazz illicite et improbable dans la capitale éthiopienne. Un troisième album consacre le talent de ce sextette parisien aux aspirations intarissables : Visions of Selam. Un désir de paix (selam, en amharique) qui se conçoit dans l’union d’une Afrique libérée de certaines frontières criminelles. Quand la diva malienne Mamani Keïta est…

Il reste 73% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents