Jean-Luc Verna : L’art à fleur de peau

Au confluent du dessin, de la musique et de la danse, Jean-Luc Verna façonne une œuvre polymorphe d’une singularité viscérale.

Ayant commencé son cheminement artistique durant les années 1980 à Nice, où il est né en 1966 et où il a étudié à la Villa Arson, Jean-Luc Verna a pour principe d’obéir à son seul désir – dans la création comme dans la vie, les deux étant intimement liées. Adolescent, sous le choc du (post-)punk, il part en claquant la porte de chez ses parents, en rupture avec leurs modes de vie et de pensée. Livré – et révélé – à lui-même, il va trouver son salut dans l’art après avoir traversé une période erratique,…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents