Jacques Higelin, artiste funambule, est mort

Emporté par la maladie à l'âge de 77 ans, le chanteur laisse une œuvre qui est un hymne à la fête et à l’amour.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Jacques Higelin était un singulier funambule de la chanson. Il a fallu un cancer et la mort impitoyable pour le faire chuter de son fil. Jacques Higelin est décédé, en effet, ce vendredi à l’âge de 77 ans. On ne sait ce qui le caractérisait le plus : le sens de la fête, la jubilation des mots, les plaisirs de l’amour et de l’amitié. L’artiste Jacques Higelin avait en lui tout cela, et plus encore, notamment un tempérament de scène extraordinaire. « Champagne » n’est pas pour rien l’une de ses chansons les plus connues. Elle figure sur le splendide double album Champagne pour tout le monde et Caviar pour les autres ? qui, en 1979, lui a fait connaître un immense succès.

Quelques années auparavant, en 1971, Jacques Higelin avait pris son envol en solo, grâce à Brigitte Fontaine et Areski Belkacem avec qui il avait commencé, puis s’était orienté vers un style rock, sur BBH 75 (1974), Irradié (1975), ou l’excellent Alertez les bébés ! (1976). Mais le chanteur s’était aussi nourri de certains grands anciens, comme Charles Trenet, auquel il rendait hommage dès que l’occasion se présentait (sa reprise de « Débit de l’eau débit de lait » faisait merveille). Il lui a consacré un album live en 2005, Higelin enchante Trenet.

Jacques Higelin s’est aussi engagé pour plusieurs causes, en particulier envers les plus précaires, venant en soutien de l’association Droit au logement, par exemple lors de l’occupation d’un immeuble en plein Saint-Germain-des-Près en 1994.

Après les élections municipales de 1995, alors que le Front national avait conquis quatre villes, nous avions interrogé le chanteur pour savoir s’il continuerait à s’y produire. Voici ce qu’il nous avait répondu : « Ne pas y aller, ce serait rejeter une zone dans l’ombre. Les gens, dégoûtés par le fait que tu les abandonnes, arriveraient à se dire : “On est tout seuls avec ce problème”, et eux aussi pourraient se laisser entraîner. C’est pourquoi il est important d’apporter un autre son de cloche, un beau son de cloche. Il y a beaucoup de gens à Orange [où Jacques Higelin était alors programmé, NDLR] qui ne pensent pas comme le FN, et qui vont souffrir. Ils ont besoin d’aide. […] Beaucoup de gens sont au chômage ou dans des situations précaires, je ne les juge pas sur leurs peurs. Elles les poussent à suivre un leader qui leur promet de les prendre en charge. En situation difficile, le pire est toujours tentant. »

Comme en témoigne son dernier album, paru en 2016, Higelin 75, Jacques Higelin est resté toute sa carrière un grand artiste. Dans une des chansons qui y figurent, « L’Emploi du temps », il y parle de la mort tout en dressant un autoportrait. Citer ces vers est la meilleure façon de lui rendre un dernier hommage :

« Et à présent

Avant que la grande faucheuse

Dans le livre d'or du passage

De l'instant à l'éternité

Que la grande faucheuse n'efface

Les noms, les dates, les lieux, les traces

Du temps de vivre qui m'est compté

J'emploie le temps qui passe

À laisser ma carcasse

Funambuler sur les passerelles

Des lignes de portées musicales

Flânaient entre les intervalles

Des méridiens

Des parallèles

Entre les deux calottes glacières

De ma planète désaxée

À la ployée, aux exigences

Intemporelles

De l'art de vivre

De l'art d'aimer »


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents