[POLITIS 30 ANS] 21 avril 1988 : La parole à « ceux qu’ont trop à dire pour pouvoir le dire »

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 21 avril 1988, trois jours avant le premier tour de la présidentielle qui verrait François Mitterrand réélu, Politis donnait la parole à des abstentionnistes, des « sans voix » rencontrés par Fabrice Nicolino dans une université populaire d’ATD-Quart monde. Quelques-uns de ces « deux millions cinq cent mille pauvres infiniment moins puissants que le moindre lobby de la betterave », « sans partis, sans syndicats, sans porte-parole ». Des personnes pourtant plus confrontées que les autres à des problèmes de santé, de logement, de chômage, d’alimentation, à l’image de celle qui témoignait : « J’ai été une fois aux Restaurants du coeur, je n’ai même pas pu manger ce qu’ils donnaient parce que je n’ai plus de dents. » Ceux-là ne voteraient pas le dimanche suivant, mais Politis les réinstituait comme des sujets politiques à part entière. Ce « vote silencieux » avait déjà « tendance à grossir », il n’a pas arrêté depuis… Et notre journal a persisté à s’en préoccuper, sans misérabilisme ni moralisme.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Articles récents