[POLITIS 30 ANS] 26 avril 1990 : Tchernobyl au grand jour

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Quatre ans après la catastrophe de Tchernobyl du 26 avril 1986, Politis dévoilait en exclusivité le contenu du rapport officiel d’une commission du Gosplan, le ministère de la Planification soviétique. Quatre millions de personnes concernées, la situation « épouvantable » en Biélorussie, avec près d’un million de personnes à évacuer, le coût exorbitant, l’abandon des liquidateurs par l’URSS… Les journalistes Marie-Jeanne Berna et Nicole Ivassenko montraient les conséquences irréparables du « mensonge généralisé » et du « mépris pour les populations » concernant ce nuage radioactif. Boris Kourkin, membre de la commission Tchernobyl du Gosplan, avouait dans nos colonnes : « C’est pire que tout ce qu’on peut imaginer. » La détresse et le désespoir des populations ne pouvaient plus être cachés. « À quoi ça sert de mettre des enfants au monde s’ils ne peuvent pas tenir dans leurs mains une fleur, manger un fruit, sans goûter à la mort ? », déplorait Sacha, un ouvrier qui avait décontaminé la centrale nucléaire.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Articles récents