À Grenoble, Benoît Hamon livre un discours fondateur

Le créateur de Génération.s veut s’imposer comme un anti-Macron. A l’occasion du discours de clôture de la convention de Génération.s, il a enjoint les députés à ne pas se rendre au Congrès de Versailles.

Les bisbilles avec les écologistes d’Europe Écologie-Les Verts et les désaccords de fond avec la France insoumise n’y changeront rien : Benoît Hamon, candidat malheureux à l’élection présidentielle, a rappelé qu’un an plus tard, il restait une figure majeure de la gauche française. Au dernier jour de la convention de son mouvement Génération.s – anciennement M1717 – il a prononcé devant ses militants un discours fondateur.

C'est sur une ligne en opposition totale avec la politique menée par Emmanuel Macron que le fondateur de Génération.s a dénoncé l’action du gouvernement sur la question des migrants. Fustigeant l’hypocrisie du président de la République, qui « reçoit le héros Mamoudou Gassama à l’Elysée quand il sauve un enfant et en même temps, laisse des enfants qui sont les futurs Mamoudou Gassama à la dérive sur un bateau au milieu de la Méditerranée ».

Un sujet particulièrement sensible pour Benoît Hamon, qui a, en préambule, rappelé le nombre de 34 361. « Ce nombre, publié par le Guardian il y a quelques jours, c’est celui des femmes, des hommes, des enfants morts en tentant de rejoindre l’Europe », s’est-il indigné.

L’anti-Macron

Une dénonciation constitutive de l’identité du mouvement que son fondateur a défini en trois mots : « L'écologie, l'Europe, l'égalité. »

Il reste 71% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents