« Les Frères Sisters », de Jacques Audiard : Tueurs en or

Dans Les Frères Sisters, Jacques Audiard renoue avec le picaresque du western tout en racontant l’histoire d’un amour fraternel.

Scène inaugurale : noir complet (c’est la nuit), plan très large, des coups de feu sont échangés. Puis on distingue un duo appliqué à ne faire aucun quartier dans le ranch où est retranché l’homme qu’il recherche, et tue avec les autres. Ce sont les frères Sisters, Charlie (Joaquim Phœnix) et son aîné, Eli (John C. Reilly) – ils se sont annoncés avant le massacre, leur seul patronyme étant synonyme de mort prochaine. Puis, dans la séquence suivante, alors que la grange attenante a pris feu, Eli se lance dans les flammes pour tenter de sauver leurs chevaux. Charlie crie que ce ne sont que des animaux…

Tout est en place. La virtuosité sans scrupule avec laquelles les frères se servent de leurs armes, et leurs caractères opposés : Charlie, fruste et brutal, Eli, sensible et attentionné, dont l’une des particularités est de chérir une étole qui ne le quitte jamais, cadeau probable d’une femme. Personnage attachant parce qu’en évident décalage avec les crimes qu’il commet, Eli est celui dont le film adopte le point de vue. C’était aussi le narrateur du roman éponyme de Patrick DeWitt (1), que Jacques Audiard a adapté.

Le réalisateur de Dheepan, son précédent film, palmé d’or à Cannes en 2015, s’est lancé dans un western. Il en respecte a minima les codes et surtout emprunte des chemins de traverse pour évoquer subtilement notre présent. Ainsi, Jacques Audiard n’a pas choisi pour rien une histoire se déroulant au milieu du XIXe siècle, en pleine ruée vers l’or, de l’Oregon vers la Californie. La misère côtoie le rêve de faire fortune et la cupidité. Les mercenaires Charlie et Eli vont eux aussi se retrouver sur cette route-là.

Au service du Commodore, puissant homme d’affaires mafieux, les frères Sisters ont pour objectif d’extorquer à un pauvre bougre, Hermann Kermit Warm (Riz Ahmed), la formule en apparence miraculeuse qui lui permet de prélever l’or des rivières sans effort. Ils doivent ensuite le faire disparaître. Ils sont aidés dans cette mission par John Morris (Jake Gyllenhaal), détective distingué, à la solde lui aussi du Commodore, chargé de retenir Warm avec lui.

Il reste 65% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents