« Un peuple et son roi », de Pierre Schœller : L’émancipation en tête

Un peuple et son roi, de Pierre Schœller, montre le Paris révolutionnaire de 1789 à l’exécution de Louis XVI. Passionnant… et discutable.

C’était à se demander si, pour le cinéma, la Révolution française s’était faite sans le peuple. Danton, de Wajda ? Les Adieux à la reine, de Jacquot ? Ou même l’excellent La Nuit de Varennes, d’Ettore Scola ? À peine aperçoit-on, dans la plupart des films se déroulant à cette période, quelques ombres dans un coin de l’écran, hirsutes, frustes ou carrément barbares. Seul Renoir, dans sa Marseillaise, a montré un petit peuple d’insurgés, mais il reflète davantage les préoccupations des années 1930 que celles des sans-culottes.

Avec Un peuple et son roi, la Révolution descend enfin dans la rue. On est dans l’atelier d’un souffleur de verre, l’Oncle (­Olivier Gourmet), où vit sa famille élargie. L’atelier donne dans une rue étroite, à la vue bouchée par la ­Bastille, qui vient d’être prise. On la détruit, alors les habitants sortent pour goûter la lumière qui, pour la première fois, perce derrière les premières pierres fracassées…

Ces gens – l’Oncle, sa femme (Noémie Lvovsky), Françoise (Adèle Haenel) et celui qui deviendra son amoureux, Basile (Gaspard Ulliel), mais aussi Margot (Izïa Higelin) et Tonin (Johan Libéreau) – ont soif de liberté, d’égalité et de fraternité. Ils aspirent à des droits nouveaux et, à l’Assemblée nationale, où ils se rendent afin de suivre les débats, ils donnent de la voix pour soutenir ceux qui les défendent : Robespierre (Louis Garrel) en tête… C’est la grande réussite de ce film, non corseté par l’amplitude des moyens qu’il a requis : cette plongée parmi les acteurs anonymes de la Révolution, notamment les femmes, dont l’implication fut considérable, même si elles étaient exclues y compris du suffrage universel.

Outre que Pierre Schœller montre ces gens dans les joies et les peines (un enfant mort-né) de leur vie quotidienne, il fait bien sentir ce mélange complexe d’espoir et d’anxiété, d’optimisme et de crainte qu’ils éprouvent à propos du devenir de la Révolution, leur combat. Pour eux, le mot d’ordre « la liberté ou la mort » n’est pas une posture. Pour preuve : la violence de la répression exercée sur le Champ-de-Mars en juillet 1791 et le 10 août 1792, que la famille de l’Oncle subit cruellement dans sa chair. Cela non plus, ce courage porté par une volonté d’émancipation, le cinéma ne l’avait pas représenté, et Pierre Schœller le fait ici sans mythifier le peuple.

Il reste 44% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents