« La Robe blanche », de Nathalie Léger : Mariages sanglants

Dans La Robe blanche, Nathalie Léger met en relation la performance inouïe d’une artiste et les malheurs conjugaux de sa propre mère.

D’un côté, une artiste, Pippa Bacca, décide en 2008 de traverser l’Europe depuis Milan, habillée d’une robe de mariée. Puis, via la Turquie et la Syrie, d’atteindre le Liban. Et enfin Jérusalem. C’était le projet de sa performance, qui devait s’achever par la juxtaposition d’une robe de mariée immaculée à côté de celle qu’elle aurait portée pendant tout ce voyage. Mais Pippa Bacca n’a pu l’accomplir jusqu’à son terme. Elle a été assassinée près d’Istanbul. Elle avait 33 ans. De l’autre côté, une femme, la…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Éloge de l’intersectionnalité

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.