« La Ruée » : Geste historique

Avec La Ruée, trépidante création collective, le chorégraphe Boris Charmatz s’empare très librement de L’Histoire mondiale de la France.

Apparu au cours des années 1990, Boris Charmatz a pris une part active au renouveau de la danse contemporaine en France. Développant des projets à la singularité souvent radicale, il porte une recherche chorégraphique aussi vivante que stimulante, dans laquelle théorie et pratique inter­agissent en profondeur. Depuis le 1er janvier 2009, il dirige le Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne, qu’il a transformé en un Musée de la danse ouvert sur l’extérieur et l’expérimentation.

Le mandat de Boris Charmatz prendra fin le 31 décembre. À l’approche de cette échéance, il propose un dernier projet témoignant de l’action menée durant dix ans au sein de ce musée atypique. Présenté samedi 24 novembre à Rennes, en clôture du festival du Théâtre national de Bretagne (TNB), le projet s’intitule La Ruée et s’appuie sur L’Histoire mondiale de la France, imposant livre collectif coordonné par l’historien Patrick Boucheron, qui a remporté un grand succès et suscité un fort retentissement.

« Pour marquer la fin du Musée de la danse, nous aurions pu organiser une rétrospective ou reprogrammer une pièce emblématique mais, quitte à nous tourner vers le passé, nous avons préféré voir plus large et embrasser toute l’histoire de France, explique Boris Charmatz. Cela nous permet aussi de terminer avec un dernier projet expérimental, conçu comme étant l’exposition vivante d’un livre hors normes. L’Histoire mondiale de la France me passionne à la fois comme livre d’histoire et comme entreprise collective. Je trouve formidable que tant d’historien·ne·s confrontent leurs savoirs et leurs regards dans une finalité ­commune. »

Impulsé et mené par Boris Charmatz, le projet d’appropriation chorégraphique du livre s’est bien sûr concrétisé avec l’accord de Patrick Boucheron – lequel est par ailleurs chercheur et historien associé au TNB depuis 2017. « Je vois La Ruée c_omme l’un des heureux débordements de l’aventure éditoriale que constitue_ l’Histoire mondiale de la France, a déclaré Patrick Boucheron. Je n’ai aucune idée de ce que cela peut donner, mais j’ai hâte de le découvrir. En étant associé au TNB, je ne cherche pas de nouvelles scènes où je viendrais produire ce que je sais déjà, mais de nouvelles expériences où je viens éprouver ce que je ne sais pas encore. »

Il reste 60% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents