Quentin Ghomari et Marc Benham : Un duo libre et partageur

Quentin Ghomari et Marc Benham explorent les sons et les styles, entre surprises et simplicité.

La musique est jeu avant tout. C’est ce que le pianiste Marc Benham et le trompettiste Quentin Ghomari semblent vouloir nous rappeler à travers leur très beau Gonam City. Une trajectoire duale qu’ils dessinent avec l’inventivité de ceux qui ont énormément écouté, de tout, et joué beaucoup, dans les formats les plus divers (du big band au solo), adoptant les styles les plus variés : classique, électro, variété, jazz d’hier et d’avant-garde.

Un éclectisme savant qui se traduit en douze déclinaisons de leur talent dialogique. À deux, ils s’inventent un monde de circulation tout en finesse à travers l’histoire du jazz, des années 1920 à nos jours. Ils se retrouvent sur un amour partagé pour les standards mais refusent de se sentir « écrasés » par leur mémoire chargée.

Il reste 58% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Extinction Rebellion sonne la révolte en France

Écologie accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents