Record de dividendes pour les actionnaires du CAC 40

Les plus grandes entreprises françaises ont versé aux propriétaires d'actions des subsides analogues à ceux d'avant la crise financière de 2008.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les gilets jaunes, symptômes d’une France qui peine à survivre, sont dans la rue, mais les plus riches ne connaissent plus la crise. Les dividendes versés aux actionnaires du CAC 40 n’ont en effet pas été aussi haut depuis la crise financière de 2008, avec 57,4 milliards d'euros, en hausse de 12,8 % par rapport à l’an dernier et de 62 % par rapport à 2009. Cette importante rémunération des actionnaires est la conséquence des bons résultats de ces grandes entreprises, qui ont engrangé 92 milliards d’euros de bénéfices en 2017.

Ces chiffres, publiés par Les Échos à partir d’une note de La Lettre Vernimmen.net, sont notamment dus à trois entreprises particulièrement généreuses : le pétrolier Total a ainsi versé plus de 10 milliards d’euros de dividendes, le groupe pharmaceutique Sanofi près de 5 milliards et la banque BNP-Paribas 3,8 milliards. Trois firmes à l’utilité publique bien connue, donc…

Ces annonces ne vont pas faire bon effet en pleine fronde autour du pouvoir d’achat des classes moyennes et populaires partout en France. Et les responsables politiques de gauche comme les ONG ont vivement réagi dès la publication de ces chiffres.

« Toujours plus pour les premiers de cordée », a ainsi réagi Manon Aubry, chef de file de La France insoumise aux prochaines élections européennes, sur Twitter :

Son alter ego du PCF Ian Brossat s’est de son côté étonné de ces chiffres quelques semaines après le refus du gouvernement d’augmenter le Smic :

Les associations ont également réagi, à l’instar d’Oxfam France, qui a qualifié le chiffre de 57 milliards d’euros d’« indécent » :

Raphaël Pradeau, porte-parole d’Attac France, a quant à lui vu dans cette hausse une nouvelle preuve que « c'est le capital qui coûte cher » :

Les réactions des gilets jaunes sur les ronds-points risquent de ne pas être plus tendres à l'égard de ces hyper-riches bien partis pour s'enrichir encore un peu plus cette année que les précédentes.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents