La santé pour tous et par tous

La Scic Richerand dessine à Paris un nouveau modèle d’accès aux soins.

Les berges du canal Saint-Martin, à Paris, accueillent une innovation sociale de premier ordre. La CCAS (Caisse centrale des activités sociales des électriciens et gaziers) a apporté en dot son Centre national de santé, avenue Richerand, à la Société coopérative de santé. La Scic Richerand est ainsi la première d’un modèle rendu possible par une ordonnance législative de janvier 2018, autorisant une Scic à gérer un centre de santé non lucratif. Portée par le Dr Alain Beaupin et les dirigeants de la CCAS, l’initiative associe un ensemble de parties prenantes pour le développement d’un outil nouveau. Ce centre de santé coopératif répond aux besoins de soins, en tiers-payant intégral et sans dépassements d’honoraires, dans une capitale qui ressemble chaque jour davantage à un désert médical.

Originalité du modèle coopératif permis par le statut Scic : les usagers/patients disposent de leur collège à l’assemblée générale. Ils ne sont pas seulement consultés, ils participent aux décisions. Autre collège prenant part aux décisions, celui des salariés de la coopérative : médecins, dentistes, infirmières, employés. Entre le modèle de la médecine libérale, désormais dépassé, et celui de l’hôpital public, peu respectueux de l’engagement humain de ses soignants, un nouveau modèle est-il en train de naître ?

Il reste 40% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Réinventer les possibles

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents